Nous avons notre composteur

Après mon petit coups de gueule sur le toit solaire je viens saluer l'initiative de la communauté des communes du territoire des terrasses et vallée de l'Aveyron.

En parcourant le dernier bulletin de la commune de Saint Etienne de Tulmont, je lis une petite note fort intéressante indiquant que nous pouvions retirer un composteur auprès de la déchetterie moyennant un chèque de 15 euros.

Depuis longtemps je souhaitais me lancer dans le compostage, l'occasion est donc trop belle le voici maintenant présent il me faut donc choisir l'emplacement. Ne sachant trop les nuisances tant au niveau des jus éventuels qui pourraient en sortir qu'aux odeurs ?

Je vais donc l'installer dans un premier temps à une vingtaine de mètres de la maison en faisant attention de ne pas être dans le sens des vents dominants, par ici il s'agit du vent venant de Bordeaux (Ouest -> Est) et deux trois fois dans l'année venant de Narbonne (Est -> Ouest).

Le composteur en lui même me fait une bonne impression[1], la notice succincte et tout de même bien faite, je vais donc commencer par ce qui y est dit d'ailleurs au passage je lis qu'il doit être sur une surface plane en contact direct avec la terre, une première erreur que j'aurais commise j'avais l'intention de faire un petit socle en béton.

Au passage je lis un truc sympa qui mérite d'être creusé, à savoir ne pas mettre de feuilles de rhubarbe ou de noyer car ils contiennent des substances toxiques pour les insectes, je dis être creusé car peut-être il est possible de faire des traitements avec ces végétaux non ?

Quand je dis notice succincte c'est parce qu'il me manque quelques réponses quand à la fabrication de son compost par exemple :

  • au bout de combien de temps le compost est disponible en moyenne bien sur je comprend bien que cela est fonction de ce que l'on met dedans, la quantité, la température... ?
  • comment remuer  je veux dire faire remonter un peu du compost tout en bas vers le haut ou alors surtout pas et retirer le compost par les ouvertures du bas ?
Composteur déchets verts
Composteur ouvert
Composteur

Dans tous les cas nous aurons essayé de réduire la production de déchets domestiques rendez-vous d'ici quelques temps pour d'autres infos de cette expérience.

N'hésitez pas à faire partager votre expérience en utilisant les commentaires ils sont là pour cela.

Notes

[1] Composteur de la marque PWS (PerstorpWasteSystemes)

Y a-t-il un projet de champs d'éoliennes dans le Tarn-Et-Garonne ?

Eoliennes dans le CANTAL en Auvergne

Ce week-end de retour de Lyon en traversant une partie de l'Auvergne en bordure d'autoroute je suis intrigué par un champs d'éolienne. Elles sont si proche de l'autoroute que je prend la première sortie pour aller les voir de plus prêt.

Le temps est à l'orage je suis à quelques mètres d'une de ces énormes éoliennes les pales font 40 mètres, en gros les deux pales bout à bout représente la longueur d'un terrain de foot.

Le vent je l'estime à vue de nez aux environs de 20 kilomètres heures vous savez juste quand le vent commence à s'entendre dans les oreilles, et bien quasiment impossible d'entendre cette éolienne qui tourne à moins de 50 mètres de moi. Pourtant je lis sur le net que ça fait du bruit de même lors des reportages que l'on peut voir ici ou là et bien mes oreilles n'entendent quasiment rien ils ont certainement fait des progrès ou alors il y a une mauvaise propagande quelque part.

Ce champs d'après ce que j'ai pu trouver sur le net est constitué d'éoliennes de 2,4 MW, des pales de 40 mètres, 60 mètres de hauts les nacelles avec leurs rotors pèseraient 78 tonnes, les pilonnes en trois parties proviendraient d'Espagne. Le vent en moyenne de 7m/s. Apport d'énergie pour annuel pour une ville comme Aurillac. Environs 3 ans pour mener à bien un tel projet.

Je repose ma question avez vous connaissance de projets équivalents dans notre département ?

Sources de mes infos:
Autres sites sur l'éolien

Toit photo-voltaïque


Panneaux photo-voltaïque Tarn-Et-GaronneJe voulais réagir au nouveau toit constitué de panneaux solaire photo-voltaïque de notre hôtel de région situé à TOULOUSE.
Je fais appel a des mieux informés que moi, loin de moi d'être contre cela mais j'avais prospecté il y a maintenant 3 ans pour m'équiper d'un tel toit solaire dans le soucis de l'environnement mais aussi pour mon portefeuille.
Il y a trois ans mon bilan était catastrophique il me fallait au minimum 20 ans sans contrat d'entretien et sans panne pour rentabiliser mon toit.
Lorsque j'ai vu l'article sur ce nouveau toit je me suis dit bingo je vais pouvoir refaire mes calculs si l'hôtel de région le fait c'est que la rentabilité est là alors voyons :

A priori un marché de 290 000 Euros[1] remporté par une entreprise de notre département pour 43 500 kWh par an je fais donc un rapide calcul dans un premier temps sur 10 ans pour voir soit le kWh à 0,67 centimes d'euros sur 20 ans nous sommes a 0,34 euros.

Actuellement l'opérateur historique rachète ce courant à 0,15 Euros[2] autant dire que la rentabilité n'est pas du tout du tout là car le coût de production reste donc 2 fois supérieur pour un amortissement sur 20 ans.



A noter qu'une loi est envisagée pour porter le rachat a 55 centimes mais ce n'est pas acquis.

L'autre chose qui est mise en avant c'est le gain de 5 tonnes de CO2 en moins par an qui correspondent à la production des 43 500 kWh je suppose à partir de pétrole. Ce chiffre est très très difficile à apprécier et me paraît fantaisiste car comme je le dit je suppose à partir de pétrole mais est-il pris en compte la quantité pharamineuse de CO2 produite pour construire les panneaux photo-voltaïque ?

Bref je vous invite à régir et a me démontrer que ma pensée est mauvaise que cette initiative est bonne.
Perso si j'avais eu les commandes j'aurais fait équiper en premier lieu avec ces 290 000 euros un maximum de bâtiment public qui consomme de l'eau chaude sanitaire mettons 2500 euros par installation soit une centaine d'établissement le rendement étant bien bien supérieur je vous laisse conclure la suite...

Notes

[1] Mes chiifres proviennent de cet article

[2] Source ADEME